Réduire le nombre des AG obligatoires pour leur redonner du sens

En assemblée générale du 9 mai dernier, les salariés ont porté une proposition de modification des statuts de la coopérative pour réduire le nombre d'assemblées générales obligatoires à 4 par an. Cette proposition vise à donner un nouveau souffle aux AG : en étant moins nombreuses, elles se concentreront sur leur objet principal, qui est de permettre aux coopérateurs de porter des propositions concernant la politique et le fonctionnement général de la coopérative.

L'assemblée générale est l'organe souverain de la coopérative La Louve. Ses décisions lient le président de la coopérative, le comité de gouvernance et l’ensemble des coopérateurs. Tous les coopérateurs peuvent y suggérer des sujets de discussions ou des propositions à voter. Les propositions et décisions prises par les membres en assemblée générale concernent la politique et le fonctionnement général de la coopérative, les salariés étant en charge du fonctionnement quotidien du magasin, du choix unitaire des produits ou des fournisseurs.

Les statuts de la coopérative (article 20) obligent de tenir au minimum 6 AG par an. Cependant, les salariés constatent qu’actuellement, il n’y a pas assez de sujets de discussion pour tenir autant de séances. Les AG sont devenues des moments d'information, dont ils doivent fournir l'essentiel du contenu, sur des sujets récurrents, qui ne nécessitent pas vraiment de débat ou sans grande urgence qui peuvent être communiqués par d’autres moyens, notamment la Louveletter, lue en moyenne par 4000 coopérateurs, quand seulement 50 étaient présents à l’AG du 9 mai… De plus, les groupes communication et web travaillent actuellement sur un nouvel espace membre et un nouveau site d'information interne, qui permettra aux salariés de communiquer plus ponctuellement sur la gestion au quotidien du magasin et aux comités bénévoles d'informer sur leur activité.

Le résultat est que les salariés ont de nombreux retours sur des AG ennuyeuses à cause de ce manque de contenu. En conséquence, la présence diminue alors que chaque AG coûte plus de 1000 euros et mobilise des bénévoles qui assurent régulièrement la logistique de ces rassemblements (en + de leurs 3 heures par mois) et qui sont démotivés d’avoir fait tant de travail pour des AG si peu fructueuses.

La proposition des salariés ne porte que sur le nombre minimal d'AG à tenir par an. Rien n'empêche d'en tenir plus si des coopérateurs ont des sujets de discussion à proposer. Il s'agit juste d’avoir la capacité d’ajuster nos rassemblements aux besoins réels…et de sortir d' un cercle vicieux : parce que nous sommes obligés de tenir 6 AG par an, le contenu est souvent le même, donc les AG sont ennuyeuses, donc les coopérateurs se lassent en ne viennent plus. A chaque AG la présence diminue. La possibilité de tenir des assemblées moins fréquemment rendrait chacune plus riche et plus vivante…et c’est par ce moyen que nous pourrons rebâtir une ambiance qui attire et qui donne envie de revenir.

Retrouvez cette proposition sur le forum et venez donner votre avis, avant une prochaine discussion à l'AG du 24 juin.